La gemmothérapie : la « médecine » des bourgeons

Un homéopathe belge a inventé la « médecine des bourgeons » ou gemmothérapie. Connue depuis quelques années, elle a toujours le vent en poupe ! Ainsi, plusieurs professionnels de la santé (naturopathes, pharmaciens, médecins spécialistes ou généralistes, etc.) ont été formés à ce petit volet de la phytothérapie, qui vise à rendre meilleure la force de l’organisme ou à aider à lutter contre des maladies graves.

Qu’est-ce que la gemmothérapie ?

La gemmothérapie (également appelée embryologie en phytothérapie) est un bourgeon de la phytothérapie. La partie embryonnaire du produit est utilisée dans ces thérapies alternatives : il peut s’agir d’une branche, d’une nouvelle croissance ou d’un radical. La propriété de ces « jeunes » organismes est de se focaliser sur toute la capacité de la future plante, c’est-à-dire de tous les composés chimiques présents dans le fruit, les racines, les feuilles, la tige et les fleurs.

À qui s’adresse la médecine des bourgeons ?

Les extraits de cellules embryonnaires de plantes n’ont pas d’effets secondaires potentiels, sauf dans les situations où l’utilisation d’alcool est spécifiquement interdite, comme le retrait de l’alcool ou pour l’expression religieuse. La quantité résiduelle d’alcool dans les macérats est, en effet, extrêmement faible, en particulier après dilution. Cette médecine à base de bourgeons n’a pas d’effets secondaires connus car, à son stade embryonnaire, la plante n’a pas encore produit de molécules toxiques. La gemmothérapie peut donc être une alternative pour les femmes enceintes (toujours en suivant les conseils du médecin) et les jeunes enfants auxquels certains médicaments sont prescrits pour traiter, ainsi que pour certaines plantes en aromathérapie classique ou en phytothérapie.

Quelles sont les limites ? Que traite la gemmothérapie ?

La gemmothérapie ne représente pas un soin symptomatique. C’est une thérapie simple qui permet de gérer un domaine, un traitement qui est avant tout préventif. Si un déséquilibre se produit dans votre corps, expliquent les spécialistes, c’est ce qui favorise l’illusion de pathologies. De cette cause, certains d’entre vous sont plus sensibles à la bronchite chronique, d’autres sont plus sensibles à la sinusite, d’autres encore aux allergies. Si vous êtes anormal, vous ne devez pas présumer avoir suffisamment d’extraits de bourgeons pour vous guérir. Ils complètent les médicaments traditionnels, soit pour améliorer leur effet, ou pour assister à signaler le risque. La gemmothérapie, en revanche, peut aider à rétablir un équilibre rompu par les traitements. C’est le cas, par exemple, de la prise d’antibiotiques qui perturbent la flore intestinale. Ainsi, un traitement de 20 jours à base d’extrait de bourgeons de noix peut recréer des conditions favorables à la création d’une nouvelle flore.

Quand faut-il aller voir un chiropracteur ?
L’étiopathie : soigner à n’importe quel âge